Vers une reconnaissance du patrimoine bâti d'Île-de-France : les matériaux et les formes urbaines

Note rapide sur le patrimoine, n° 269

30 avril 2000ContactPhilippe Montillet (dir)

Il existe de nombreux critères pour identifier le patrimoine bâti : l'histoire, l'architecture, l'art, mais aussi ceux liés aux fonctions, comme le pouvoir, les activités ou l'habitat. Aujourd'hui, c'est davantage par rapport à son territoire que l'on définit le patrimoine bâti en privilégiant deux critères essentiels : les matériaux et les formes urbaines. En Île-de-France, ces derniers contribuent fortement à l'identité régionale ; ils devront être pris en compte dans les opérations de protection et de valorisation engagées par les collectivités locales.

Ressources

Une restauration standardisée : fenêtres mises à l’unisson, une symétrie et une régularité qui n’ont rien de traditionnel. Pourtant les pierres bien traitées et les tuiles plates à l’ancienne.
Une restauration standardisée : fenêtres mises à l’unisson, une symétrie et une régularité qui n’ont rien de traditionnel. Pourtant les pierres bien traitées et les tuiles plates à l’ancienne.
Domaine de Coubertin (78) © Gérard Arnal, IAU îdF
Les créateurs de l’entre deux guerres utilisent le béton pour concilier esthétique et rationalité. Les exemples remarquables sont nombreux en Ile-de-France.
Les créateurs de l’entre deux guerres utilisent le béton pour concilier esthétique et rationalité. Les exemples remarquables sont nombreux en Ile-de-France.
Aérogare du Bourget (93) © Bernard Gegauff, IAU îdF
Dans les coeurs de villages, la nécessité de maintenir le tracé des rues, le gabarit des immeubles, les coloris.
Dans les coeurs de villages, la nécessité de maintenir le tracé des rues, le gabarit des immeubles, les coloris.
Mandres-les-Roses (94) © Christian Lebon