Victimation et sentiment d’insécurité en Île-de-France

Rapport final de l’enquête de 2013

30 septembre 2014ContactHélène Heurtel

Début 2013, l’enquête « victimation & sentiment d’insécurité en Île-de-France » a été reconduite, par téléphone, auprès de 10 500 Franciliens âgés de 15 ans et plus. Elle a lieu tous les deux ans depuis 2001. Financée par la Région Île-de-France, elle constitue une base essentielle de connaissances sur les conditions de vie des Franciliens et leur évolution au fil du temps, notamment en matière d’insécurité et de problèmes rencontrés dans leur quartier.
Les résultats conduisent à souligner une nouvelle baisse du sentiment d’insécurité : 55,5 % des Franciliens sont touchés. Il y a un peu plus d’une décennie, le taux était de 68,2 %. Cette diminution tient surtout à une moindre adhésion des habitants à la préoccupation « sécuritaire » (13,7 % contre 39,2 % en 2001). Leur inquiétude se porte dorénavant surtout sur les problèmes d’emploi. Pour la peur « d’être seul dans son quartier le soir », la baisse est moindre, mais mérite toutefois d’être soulignée (22,8 % contre 29,1 % en 2001).
Concernant les victimations, l’enquête de 2013 met en avant une recrudescence des Franciliens victimes de « vols sans violence » (8,5 %, contre 5,6 % dans celle de 2011). Les jeunes adultes sont les plus exposés (14,2 % des 20-24 ans et 13,1 % des 25-29 ans).
En matière d’atteintes envers les véhicules, seuls les vols de voitures restent en baisse (8,8 % des ménages équipés victimes contre 18,5 % dans l’enquête de 2001). Quant aux vols de deux-roues, ils avaient cessé de diminuer dès l’enquête de 2007.
L’ampleur de l’échantillon permet de disposer de données précises auprès de populations spécifiques. Ces indicateurs font ressortir des différences en matière d’insécurité et de point de vue sur le cadre de vie entre les départements franciliens, différents types d’habitat, selon le genre ou encore l’âge. Ce sont autant d’éclairages qui vont servir de supports de connaissances pour les acteurs concernés par les problématiques soulevées (insécurité, mal-être….).
L’étude révèle la complexité de ce sujet qui impacte directement la qualité de vie des Franciliens.

Ressources

L’évolution de la proportion de victimes des différentes catégories d’atteintes personnelles au cours des trois années précédant l’enquête
Source : IAU îdF
Les disparités en matière de sentiment d’insécurité selon les départements
Source : IAU îdF
Les enquêtés concernés selon leurs opinions sur leur quartier en fonction de la proximité de leur lieu de résidence avec une ZUS
Source : IAU îdF