Glossaire de la Smart Région

21 novembre 2017

- B -

Big data
Le big data ou mégadonnées, parfois appelées « données massives », désigne des ensembles de données devenus si volumineux qu’ils dépassent l’intuition et les capacités humaines d’analyse et même celles des outils informatiques classiques de gestion de base de données ou de l’information. Son explosion quantitative contraint à de nouvelles manières de voir et d’analyser le monde, avec une possibilité toujours plus grande de capture, stockage, recherche, partage et visualisation de ces données. Les perspectives de traitement du big data sont énormes et en partie encore insoupçonnées : on évoque souvent de nouvelles possibilités d’exploration de l’information, de connaissance et d’évaluation, d’analyse tendancielle et prospective et de gestion des risques, pour la génomique ou métagénomique, la médecine, la météorologie et l’adaptation aux changements climatiques, la gestion de réseaux énergétiques complexes, l’écologie, ou encore la sécurité et la lutte contre la criminalité.

Blockchain
Composée d’une chaîne de blocs numériques dont tous les échanges sont enregistrés sous forme d’empreintes numériques, la blockchain incarne depuis 2015 les espoirs immenses placés dans une révolution majeure, où l’automatisation des transactions entre pairs fluidifierait aussi bien l’économie (finance, immobilier, assurances), la démocratie (vote, protection des données, cadastre) que la vie courante (partage et location d’objets et de services). Présentée comme un élément de disruption aussi fort qu’Internet, la technologie numérique de la blockchain pourrait transformer les villes et les territoires.

Building Information Modeling (BIM)
Il s’agit de la modélisation des informations (ou données) du bâtiment au sens générique du terme. On évoque surtout des méthodes de travail accompagnées d’une maquette numérique paramétrique 3D contenant des données intelligentes et structurées : c’est un partage d’informations fiables tout au long de la durée de vie de bâtiments ou d’infrastructures, de leur conception jusqu’à leur démolition dont les caractéristiques physiques et fonctionnelles sont digitalement représentées par la maquette numérique. Le BIM définit qui fera quoi, comment et à quel moment.

- C -

Cartoviz
Outil de consultation cartographique interactif en ligne créé par l’IAU, enrichi par des contenus en dataviz pour permettre d’aller plus loin dans la compréhension et l’exploitation des données.

Civic tech
Nouveaux outils numériques de participation à la vie politique, les civic tech concourent à renforcer l’engagement citoyen, la participation démocratique et la transparence des gouvernements. Après les « gov tech », au service des institutions de gouvernement et les « pol tech » pour les partis politiques, où le numérique est utilisé de manière plutôt classique, les civic tech participent sur quatre niveaux à la fabrication d’une politique publique : en fournissant des informations sur une loi, l’activité des parlementaires, les controverses, les programmes ; en favorisant la mobilisation, rapide et massive, pour une cause ; en développant de nombreux outils dédiés à la représentation et à la participation dans la prise de décision (LaPrimaire.org, MaVoix) ; en inventant des outils liés à la mise en œuvre et à l’évaluation de la décision (Etalab, Open Data Soft).

Cloud Computing
Le cloud computing -informatique dans les nuages- consiste à utiliser à distance des ressources informatiques, sans en être équipé et sans relation de propriété.

Cluster
L’économiste Michael Porter décrit les clusters comme des concentrations géographiques d’acteurs interconnectés : industriels, scientifiques, clients, acteurs locaux, qui sont en compétition, mais coopèrent dans le même temps. La proximité spatiale, culturelle et institutionnelle permet un accès privilégié, des relations plus étroites et, au final, des avantages concurrentiels sur les plans commerciaux et stratégiques en intensifiant les liens avec les autres entreprises et la diffusion des connaissances. [M.E. Porter, Clusters and the New Economics of Competition, Harvard Business Review, 1998]

- D -

Data centers
Centres de stockage invisibles de la société numérique, les data centers constituent un élément essentiel de l’e-économie. Ce sont des centres informatiques ultra sécurisés, reliés par des artères de télécommunication, destinés à héberger les données, les applications et les équipements de sociétés tierces. Avec les réseaux de télécommunication, les data centers sont, d’une certaine façon, la réalité concrète de l’économie virtuelle.

Data scientist
Le data scientist est un expert de la gestion et de l’analyse pointue de données massives (big data). Il détermine à partir de sources de données multiples et dispersées des indicateurs permettant la mise en place d’une stratégie répondant à une problématique. Il est donc spécialisé en statistique, informatique et connaît parfaitement le secteur ou la fonction d’application des données analysées.

Disruptive innovation
Selon Clayton M. Christensen, le disruptive innovation -innovation de rupture- est un processus de transformation d’un marché qui se manifeste par un accès massif et simple à des produits et services auparavant peu accessibles ou coûteux.

- E -

E-santé
La e-santé (information numérique sur la santé) recouvre les domaines de la santé qui font intervenir les technologies de l’information et de la communication (TIC). Le terme de « santé » est à prendre au sens large et, comme l’OMS le souligne, ne concerne pas uniquement les maladies et l’humain malade mais aussi un état complet de bien-être physique, mental et social. Le développement de la e-santé s’appuie sur un domaine scientifique particulier, l’informatique médicale, lequel a des liens étroits avec l’informatique mais est centré sur les problématiques spécifiques du domaine de la santé.

Économie collaborative
La notion d’économie collaborative s’est imposée en France au début des années 2010. Il s’agit d’un modèle économique basé sur l’échange, le partage, la location de biens et services, privilégiant l’usage sur la propriété (Rachel Botsman).

Économie de la fonctionnalité
Cette économie produit de la valeur ajoutée à partir de la production d’un service et non de la production d’un bien. Elle permet ainsi à plusieurs égards de limiter l’impact environnemental. Cette approche est très complémentaire de l’économie circulaire.

- F -

FabLab
Un FabLab, contraction de fabrication laboratory -laboratoire de fabrication-, est un lieu ouvert au public où est mis à sa disposition toutes sortes d’outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d’objets. Il s’adresse aux entrepreneurs(es), designers, artistes, bricoleurs(es), étudiants ou hackers en tout genre, qui veulent passer plus rapidement de la phase de conception à la phase de prototypage, de la mise au point au de déploiement, etc. Regroupant populations, tranches d’âge et métiers différents, le FabLab est aussi un espace de rencontre et de création collaborative qui permet de fabriquer des objets uniques mais aussi de transformer ou réparer des objets de la vie courante. Pour porter le nom de FabLab, il doit respecter la charte des FabLabs mise en place par le Massachusetts Institute of Technology (MIT).

- H -

Hub
Un hub ou plate-forme d’innovation rassemble grandes entreprises, start-up, institutions et territoires autour d’un enjeu commun d’innovation. Il invite chaque partenaire à s’impliquer dans une dynamique ouverte pour partager, expérimenter, accélérer. Il peut s’incarner dans un incubateur de start-up.

- I -

Incubateur, pépinière
Ce sont des structures d’appui qui aident au démarrage et à la maturation des entreprises, avec une offre de pré-incubation (souvent d’une vingtaine de mois, avec l’étape clé de la création d’entreprise) et/ou une offre de post-incubation avec un accompagnement plus léger. Les IPHE offrent un parcours intégré : incubateur, pépinière, hôtel d’entreprises ou d’activités.

Innovation
La dernière version du Manuel d’Oslo définit quatre catégories d’innovation : de produit, bien ou prestation de service ; de procédé ; d’organisation ; de marketing. L’innovation peut donc être technologique, mais aussi sociale, organisationnelle, d’usage, etc., et ne découle pas toujours de la R&D.

- L -

Littératie numérique
Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la littératie numérique est « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités ». Son objectif est de favoriser l’acquisition d’une véritable « culture numérique », qui permette, selon les termes de l’Académie des Sciences, de « donner à tous les citoyens les clés du monde du futur, qui sera encore bien plus numérique que ne l’est le monde actuel, afin qu’ils le comprennent et puissent participer en conscience à ses choix et à son évolution plutôt que de le subir en se contentant de consommer ce qui est fait et décidé ailleurs. ». Ainsi et d’après le rapport du Conseil national du numérique (CNNum), la littératie numérique est un levier « d’inclusion sociale dans une société et une économie où le numérique joue un rôle essentiel ».

Living lab
Le living lab est une méthode de recherche en innovation ouverte qui vise le développement de nouveaux produits et services. L’approche promeut un processus de cocréation avec les usagers finaux dans des conditions réelles et s’appuie sur un écosystème de partenariats public-privé-citoyens.

- M -

Mixité fonctionelle
Désigne la pluralité des fonctions (économiques, culturelles, sociales, de transports…) sur un même espace (quartier, lotissement ou immeuble).

- O -

Objet connecté
Tout objet connecté à Internet (ordinateur, domotique, électroménager, etc.) capable d’être programmé à distance (identification par adresse IP) ou capable de s’autoprogrammer.

Open data
L’open data ou donnée ouverte est une donnée numérique dont l’accès et l’usage sont laissés libres aux usagers. D’origine publique ou privée, elle est notamment produite par une collectivité, un service public ou une entreprise. Elle est diffusée de manière structurée selon une méthode et une licence ouverte garantissant son libre accès et sa réutilisation par tous, sans restriction technique, juridique ou financière. Considérée à la fois comme un mouvement, une philosophie d’accès à l’information et une pratique de publication de données librement accessibles et exploitables, elle s’inscrit dans une tendance qui considère l’information publique comme un « bien commun » (tel que défini par Elinor Ostrom) dont la diffusion est d’intérêt public et général.

Open innovation
Selon Henry Chesbrough, l’open innovation -innovation ouverte- est le recours volontaire aux flux entrants et sortants de connaissances pour accélérer l’innovation interne et développer les marchés pour un usage externe de l’innovation. Ce paradigme suppose que les entreprises peuvent et doivent accueillir des idées externes aussi bien qu’internes, et considérer des chemins internes et externes vers le marché, pour faire progresser leur savoir.

- R -

Réalité augmentée
Selon Ronald T. Azuma, chercheur à l’université de Caroline du Nord et auteur d’une des premières études sur la réalité augmentée intitulée A Survey of Augmented Reality, publiée en 1997, la réalité augmentée peut se définir comme une interface entre des données « virtuelles » et le monde réel. Concrètement, la réalité augmentée combine le monde réel et les éléments numériques en temps réel, offre à l’utilisateur des possibilités d’interaction en temps réel et repose généralement sur un environnement 3D. Initialement dérivé de la notion de « réalité virtuelle », le terme de « réalité augmentée » est toutefois de plus en plus remis en question car d’un point de vue technique, ce n’est pas la réalité qui est augmentée, mais bien la perception de l’utilisateur.

- S -

Smart-grid
Les réseaux électriques intelligents, aussi appelés smart-grids, sont des réseaux électriques publics auxquels sont ajoutés des fonctionnalités issues des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) pour assurer l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité à tout instant et fournir un approvisionnement sûr, durable et compétitif aux consommateurs (Commission de régulation de l’énergie).

- T -

Tiers-lieu
Un tiers-lieu est un « troisième lieu » qui se distingue des deux principaux que sont la maison et le travail. Les tiers-lieux, aussi appelés « espaces de travail collaboratif », désignent donc des lieux de travail partagés, utilisables de manière flexible. Ils incluent les télécentres, les espaces de coworking, les FabLabs... Ils voient le jour et se développent en France grâce aux nouvelles technologies numériques, en particulier la diffusion du très haut débit (fibre optique).

Cette page est reliée aux catégories suivantes :
Économie | Économie collaborative, créative et digitale