Rétroperspectives

Une exposition des étudiants de l'École d'urbanisme de Paris

19 janvier 2017

De 1964 à 1981, Jean Bruchet a arpenté l’Île-de-France, témoignant par ses photos des profondes mutations de l’espace urbain pendant les Trente Glorieuses. Il a laissé à l’IAU plus de 2 500 clichés, reflets des rêves et des ambitions d’une époque.
Dans le cadre d’un partenariat entre l’IAU et l’École d’urbanisme de Paris (EUP), 40 étudiants de Master I se sont plongés dans ce fonds photographique afin d’en tirer des leçons sur l’avenir de nos villes. Appareil photo ou téléphone mobile en main, ils ont à leur tour saisi leur époque pour nous inviter à changer de perspectives.

Une exposition en deux lieux

MOVE ON !
exposée à l'École d’urbanisme de Paris

Au cœur du travail photographique de Jean Bruchet sur l'Île-de-France, les transports continuent d'occuper une place centrale dans la construction métropolitaine. Les orientations des années 1970 prolongées par le déploiement de nouvelles infrastructures sont également bousculées par l'essor des technologies de l'information et de la communication.
Les clichés des étudiants, réalisés au moyen de leurs téléphones eux-mêmes devenus mobiles, dialoguent et se confrontent avec celles de Jean Bruchet.

PROJECTIONS URBAINES
exposée à l’IAU

De la planification à la gouvernance, des Grands Ensembles aux éco-quartiers, des villes nouvelles à la ville durable : à 40 ans de distance, on n'imagine plus les mêmes villes. Les projets urbains continuent de modeler nos paysages d'Île-de-France et incarnent de manière visible ces changements de paradigmes.

 

Visites virtuelles

Interview