Transitions - Comment les friches réinventent la ville

Exposition de photographies de Jean-Fabien Leclanche

22 novembre 2018

Exposition ouverte au public du lundi au vendredi de 9 h à 17 h
jusqu'au 31 janvier 2019

Festives, industrieuses, maraîchères, artisanales…, les friches urbaines d’Île-de-France deviennent de nouveaux lieux de vie et d’activités. Anciennes usines, hangars désertés ou hôpitaux désaffectés retrouvent une nouvelle fonction, l’espace d’une transition, avant de voir émerger de nouveaux projets urbains durables.

Et si cet urbanisme temporaire devenait une nouvelle manière de faire la ville ?

À travers l’oeil de Jean-Fabien Leclanche, photographe de l’urbain, cette exposition donne à voir la diversité des lieux de transition, dont le dénominateur commun est l’accueil.

À propos de Jean-Fabien Leclanche

Depuis 2010, Jean-Fabien photographie son environnement immédiat au quotidien, sans préméditation, sans préjugés. De l’urbain, de l’humain. Du détail, du fragment. Du futile et de l’essentiel constituent la trame de ses clichés.

Pendant plusieurs semaines, à l’invitation de l’IAU, je suis parti aux quatre coins du « Grand Paris », de Vitry à Aubervilliers, de Pantin à Saint-Denis, de Paris 14 à la porte des Lilas et à Nanterre, à la recherche de « l’esprit des friches », ces lieux de vie et d’expressions culturelles installés dans des espaces dont ce n’est ni la fonction ni la destination et qui réinventent notre rapport à la ville.
Au fil de mes visites, j’ai regardé les maraîchers de Zone Sensible récolter leurs légumes, j’ai fêté la fermeture de La Halle Papin avant sa résurrection prochaine. Je me suis perdu dans les couloirs sauvagement arty du 6B, je suis tombé sous le charme discret du Doc et de ses résidents, j’ai rencontré les Grands Voisins. J’ai partagé des rires et des projets chez Fort Recup, j’ai passé une nuit blanche proto punk à la Station Gare des Mines, j’ai vu les grandes tours de la centrale thermique EDF s’illuminer grâce à la team du Kilowatt, je suis allé à Vive Les Groues dont les idées poussent librement à l’ombre des hautes tours de La Défense. J’ai rencontré des gens déterminés, conscients : des bricoleurs, des faiseurs, des utopistes. Des gens heureux, positifs, optimistes. Des amoureux de la ville, des territoires, de la banlieue et de la fête. Des gens qui ont envie de vivre au delà du périphérique, d’écrire et de raconter une histoire différente, ensemble. D’ouvrir le prochain chapitre de notre relation à l’environnement urbain autour de quelque chose de plus juste, de plus lent et durable, de plus surprenant, d’humain et protecteur.
Les friches ont des choses à dire de nous, singulièrement comme collectivement. Elles essaient de porter de nouveaux systèmes de valeur, de faire sens dans un esprit de solidarité et de partage non feints.

Visiter son site

Reportages photograpiques

Pour les besoins de l'exposition, Jean-Fabien Leclanche a réalisé neuf reportages photographiques sur neuf friches urbaines franciliennes. Retrouvez ici les portes d'entrée vers l'intégralité de ce travail.