Rapport d'activités

2016-2017

28 septembre 2017

Cliquez sur la vignette pour télécharger le document

Nouvelles politiques régionales de développement économique, d’environnement, d’aménagement et des transports ; candidatures à l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques 2024 et à l’accueil de l’Exposition universelle 2025 ; accompagnement de la nouvelle organisation territoriale, nouveaux EPCI, EPT et MGP ; animation de la coopération interrégionale sur la vallée de la Seine ; tels furent quelques-uns des travaux qui ont le plus fortement mobilisé les équipes de l’IAU en 2016 et au premier semestre 2017, période couverte par la présente publication.

Fidèle à sa réputation et à ses valeurs, l’institut a apporté sur tous ces sujets et bien d’autres – logement, santé, sécurité, etc. – les éclairages étayés et crédibles nécessaires aux décideurs porteurs de ces évolutions et de ces politiques. Il a mis à disposition de tous publics une large palette de ressources et d’outils pour que chacun puisse mieux comprendre et agir.

L’institut a, en même temps, continué à questionner les pratiques d’autres grandes métropoles, à s’interroger sur les évolutions sociétales et technologiques en cours, et à explorer des solutions pour le futur. Tel fut l’objet des travaux de benchmarking sur les transports et la place de la culture dans l’attractivité des métropoles ; ou du Cahier de l’IAU consacré aux défis alimentaires ; ou encore de l’examen minutieux des questions d’urbanisme souterrain ou de véhicule autonome.

La diversité et la transversalité de son expertise, sa capacité de gérer de nombreuses données ainsi que son aptitude à partager ses savoir-faire ont permis à l’institut d’élargir son réseau de partenaires.


L’activité internationale a connu une montée en régime notoire, avec la réalisation de nombreux travaux sous contrat, notamment au Maroc et en Mongolie, plus récemment en Arabie Saoudite et en Géorgie, et avec l’accompagnement de la Région dans la mise en oeuvre de ses accords de coopération avec Alger, Tunis, Beyrouth et Casablanca.

Le premier semestre 2017 s’est achevé avec une perspective nouvelle, ouverte par le transfert vers l’IAU des activités et des personnels de trois organismes régionaux actifs dans le domaine de l’environnement, respectivement sur les questions d’énergie-climat, de biodiversité et des déchets. Cet apport a singulièrement renforcé la composante environnement de l’institut, une évolution qui permettra de mieux adapter notre offre aux enjeux actuels et futurs de l’aménagement et du développement durables de l’Île-de-France et de tous les territoires.

Fouad Awada
Directeur général de l'IAU