Victimation et sentiment d'insécurité en Île-de-France

Rapport final de l'enquête de 2011

31 août 2013Hélène Heurtel, Marie Carrere

Début 2011, une enquête fait le point sur l’insécurité à laquelle sont confrontés les Franciliens. Il s’agit de la sixième édition, l’enquête « victimation et sentiment d’insécurité en Île-de-France » étant reconduite tous les deux ans depuis 2001.
Mesurer le sentiment d’insécurité et les atteintes dont les Franciliens sont victimes, en suivre les évolutions au fil du temps, définir des profils de victimes, apporter un éclairage sur l’insécurité dans les transports en commun et dans l’espace public selon le genre, sont autant d’approches qui permettent d’améliorer la connaissance de l’insécurité sur le territoire régional.
Cette dernière enquête est riche en enseignements. Sont notamment à souligner :

  • L’importance accordée par les Franciliens aux problèmes d’emploi. Si l'insécurité sociale (pauvreté et chômage) inquiète toujours beaucoup les Franciliens (76,9 % des enquêtés citent l'une ou l'autre), la priorité est dorénavant donnée au chômage (46,4 % le mettent en tête contre 30,5 % pour la pauvreté).
  • Un sentiment d’insécurité des Franciliens en hausse. La préoccupation « sécuritaire » remonte en effet à 18,0 % en 2011 et les peurs personnelles à 51,6 %. Le sentiment d'insécurité touche ainsi, au total, 57,5 % des Franciliens interrogés. Il reste néanmoins bien en-deçà de son niveau de 2001. Cette année-là, la peur touchait 53,8 % des enquêtés et la délinquance figurait en tête des problèmes sociaux dont devait s'occuper en priorité le gouvernement (citée par 39,2 % des enquêtés).
  • Des indicateurs concernant les victimations pour la plupart en baisse.

Par ailleurs, une analyse portant sur l’insécurité des femmes dans l’espace public vient alimenter la recherche autour de la problématique socio-urbaine que pose la dimension genrée de l’insécurité.

Cette étude est reliée aux catégories suivantes :
Société et habitat | Prévention Sécurité

Études apparentées