Des produits « Made in pas très loin » chez Monoprix

Interview

12 février 2017Perrine Nicolas

Perrine Nicolas supervise les achats de produits locaux alimentaires pour la gamme « Made in pas très loin », chez Monoprix.

En octobre 2015, Monoprix lançait sa gamme de produits alimentaires « Made in pas très loin » en Île-de-France. Un an plus tard, où en est-on ?

Pourquoi avoir lancé une gamme de produits alimentaires de proximité ?

P. N. Nous souhaitions répondre à un consommateur qui se tourne de plus en plus vers le « manger mieux pour de bon ». Il demande non seulement des produits bio, bons pour la santé mais aussi de proximité. Dans le manger local, il y a une dimension affective, sociale et environnementale : limiter les kilomètres, soutenir son territoire et les petites entreprises autour de soi. Les clients de Monoprix sont particulièrement sensibles à ces questions. 
Nous travaillions déjà régulièrement avec des producteurs locaux, mais nous voulions davantage renforcer ces liens et les rendre plus accessibles à nos clients. Pour ce faire, nous avons regroupé ces produits dans un corner dédié « Made in pas très loin », tout en densifiant notre sourcing1.

Quelle est votre définition du « pas très loin » et comment référencez-vous les produits ?

P. N. Nos producteurs se trouvent dans un rayon de 100 km autour des magasins. Ce sont des entreprises locales, souvent artisanales, que nous souhaitons accompagner dans leur développement.
Pour identifier les producteurs, nous nous appuyons sur les comités de promotion régionaux en Île-de-France, sur le Cervia2 et l’Aria3. Un salon organisé par l’Aria nous a, en particulier, permis de présenter notre démarche et d’enclencher les contacts avec les producteurs pour le sourcing.

Quels sont les produits phares en Île-de-France ?

P. N. 150 produits sont distribués dans les 125 magasins franciliens. 50 % du chiffre d’affaires « Made in pas très loin » concerne les produits d’épicerie et de liquide (les bières par exemple), 45 % les produits frais et 5 % les produits surgelés. Les bières de la brasserie artisanale Parisis ou encore celles de la Goutte-d’Or4 ainsi que les biscuits au coquelicot de Nemours « Les 2 gourmands »5 sont en tête des ventes de la gamme.

Un an après, quel bilan peut-on tirer ?

P. N. Les résultats sont encourageants et en particulier pour les bières artisanales, qui rencontrent un vif succès et qui sont amenées à progresser en termes de ventes.
La dynamique est lancée. Les clients sont fidélisés, ils achètent de manière régulière. Les producteurs sont très satisfaits. Nous sommes désormais démarchés par de nouveaux producteurs, les brasseurs notamment. Ce n’était pas le cas il y a un an. Certaines entreprises ont investi et même embauché grâce à ce déploiement. Nous sommes heureux d’avoir pu participer à ce développement. 
L’Île-de-France a été un territoire pilote. L’opération a ensuite été dupliquée en régions Paca, Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est, Occitanie, Hauts-de-France, Bretagne. Nous avons même trois gammes en région Paca : une première spécifique à Marseille et ses environs, une deuxième dans le pays niçois, et une troisième pour le magasin de Gap.

Quelles sont les perspectives ?

P. N. Nous renouvelons et développons les offres, en allant dénicher de nouveaux produits, de nouveaux producteurs. Nous continuons le tour des régions. Nous allons aussi distribuer ces produits dans nos enseignes d'hyperproximité (Monop'). En septembre, nous avons participé à l’opération « mangeons local » organisée par le Cervia. Consommer local n’est pas qu’un effet de mode. Nous allons continuer dans cette voie.

Propos recueillis par Laure de Biasi et Corinne Ropital

1 Sourcing : action menée par un acheteur afin d’identifier les fournisseurs.
2 Le centre régional de valorisation et d’innovation agricole et alimentaire œuvre pour le maintien de l’agriculture francilienne et soutient la pérennisation des entreprises alimentaires sur le territoire.
3 L’association régionale des industries agroalimentaires d’Île-de-France, porte-parole des entreprises auprès des institutions régionales, accompagne au quotidien les entreprises dans leur structuration et leur développement.
4 La brasserie Parisis est située à Épinay-sous-Sénart (Essonne), la Brasserie de la Goutte-d’Or dans le quartier parisien du même nom (18e arr.).
5 Les coquelicots sont cueillis aux environs de Nemours.

Cette page est reliée aux catégories suivantes : Économie , Commerce et consommation , Environnement , Agriculture et alimentation , Développement durable , Analyse & débat