La formation des prix et des marges du pré à l’assiette

03 février 2017Philippe Boyer

Avec l’allègement des interventions de la politique agricole commune et le poids croissant des pays émergents sur les marchés mondiaux, les prix agricoles sont devenus plus volatils. Cette situation nouvelle a ravivé les questions sur les écarts entre prix agricoles et prix alimentaires. C’est dans ce contexte et pour éclairer ces débats que la loi de modernisation de l’agriculture de 2010 a créé l’OFPM.

L’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires (OFPM) mesure, dans les prix au détail, la part de la valeur d’origine agricole et la part des valeurs ajoutées à cette dernière par l’aval : les «°marges brutes°» des industries et des commerces alimentaires. Cette première étape est suivie de l’étude des coûts et bénéfices que recouvrent ces marges brutes. L’Observatoire analyse également les coûts de production agricole. Nous prendrons des exemples dans les filières viandes pour illustrer ces mécanismes. Ces études sont complétées par l’analyse macroéconomique de «°l’euro alimentaire°», qui montre que nos dépenses alimentaires se répartissent en rémunérations dans toutes les branches de l’économie (agriculture, industries, commerce, services…). [...]


L'accès à la totalité de l'article est payant. Vous pouvez acheter sa version numérique au format PDF.



N° 173 des Cahiers de l'IAU en version imprimée