L'aménagement a-t-il changé de mains ?

Ressources de la conférence IAU / Ibicity du 18 octobre 2018

18 octobre 2018ContactCécile Diguet

Évolution du partage des rôles dans la fabrique urbaine francilienne

Le foisonnement d’appels à projet (Réinventer Paris, IMGP…) ne pouvait laisser indifférents les acteurs de l’aménagement. Hypercommunicants, ces objets sont la partie visible d’un iceberg aux contours de plus en plus flous.
De nombreuses mutations sont en effet en cours depuis une dizaine d’années, bouleversant le paysage de la fabrique urbaine. Avec l’entrée des villes dans la sphère des actifs financiers, une forte recomposition des relations entre autorités publiques et acteurs privés s’est enclenchée, bousculant le rôle des aménageurs.

Ressources

Table ronde n° 1 : Financer la ville : évolutions passées et tendances émergentes

Cette table ronde aborde l’histoire des acteurs de l’aménagement et notamment le mouvement de balancier historique entre public et privé, afin de mieux comprendre les évolutions contemporaines. La vision historique est ici volontairement élargie au-delà de l’aménagement, à la question des services urbains.

Intervenants :
• Thierry VILMIN, consultant, chercheur en aménagement urbain et politique foncière, directeur de Logiville
• Isabelle BARAUD-SERFATY, consultante en économie urbaine et directrice de Ibicity
• Sophie SCHMITT, directrice des projets urbains à LinkCity

Animation : Sébastien CHAMBE, directeur général ajoint de l’IAU îdF
Rebond : Jean-Louis SUBILEAU, directeur d’Une Fabrique de la ville

Table ronde n° 2 : Territoires franciliens : tous égaux face à la diversification des montages ?

Le succès des appels à projets a braqué le feu des projecteurs sur la variété des montages opérationnels et la diversité des partenaires associés, présentés comme autant de gages d’innovation. Au-delà de cet affichage, cette table ronde interroge les modalités d’association ou de leadership du privée selon les territoires et le type d’opération. En quoi ces acteurs sont-ils des partenaires ou des concurrents des aménageurs « traditionnels » ? Assiste-t-on à une segmentation territoriale du marché de l’aménagement ? Comment les collectivités s’approprient-elles ce nouveau paysage opérationnel ?

Intervenants :
• Daniel TALAMONI, directeur général délégué en charge notamment du Développement chez Citallios
• Marie-Odile FARINEAU, responsable à la SCET du service Aménagement & Développement
• Monique BOUTEILLE, adjointe au maire de Rueil-Malmaison en charge de l’urbanisme, des transports et de l’Écoquartier et conseillère territoriale de Paris Ouest La Défense
• François CORRE, directeur général de la SEM 77

Animation : Martin OMHOVÈRE, directeur du département Habitat société (IAU îdF)

Table ronde n° 3 : Des montages nouveaux pour des espaces plus abordables ?

Pour l’habitat comme pour les usages culturels ou productifs, l’accès à la propriété est rendu difficile par le coût très élevé du foncier et de l’immobilier en Île-de-France. De nouveaux montages s’imaginent et se développent, où la chaîne de l’aménagement immobilier n’est plus un transfert successif de propriété jusqu’à l’investisseur ou à l’occupant. De nouveaux acteurs émergent, garants d’une programmation sur le long-terme. Quel impact dans le montage des opérations? Quel rôle pour les aménageurs ?

Intervenants :
• Flore TRAUTMANN, directrice associée du Sens de la ville
• Christian CHEVÉ, président de la Foncière francilienne
• Guillaume PASQUIER, responsable Développement Foncières chez La Française Group

Animation : Cécile DIGUET, chargée d’études urbanisme et aménagement (IAU îdF)

Table ronde n° 4 : L’aménageur entre pops et macro-lots

Une des fonctions premières de l’aménageur est de découper des lots qui sont cédés aux promoteurs pour réaliser leur opération. Mais alors que l’échelle d’intervention des promoteurs était traditionnellement la parcelle, elle s’élargit désormais au macro-lot, voire au macro-macrolot, et pose la question de la gestion de ces morceaux de ville. Va-t-on vers un urbanisme à l’anglaise où se développent les POPS (privately owned public-spaces) ?

Intervenants :
• Audrey CAMUS, directrice du développement de Covivio
• Renaud LE GOIX, professeur à l’université Paris Diderot - Paris 7, UMR Géographie-cités
• Nicolas ROUGÉ, directeur d’Une autre ville

Animation : Isabelle BARAUD-SERFATY, consultante en économie urbaine et directrice de Ibicity
Rebond : Jean-Louis SUBILEAU, directeur d’Une Fabrique de la ville

Cette page est reliée aux catégories suivantes : Aménagement et territoires , Aménagement , Analyse & débat