Granulats en Île-de-France

Panorama régional

26 juin 2017ContactSarah Garcia, DRIEE, Jacques Benharrous, Unicem, Ludovic Faytre

Grand Paris, Jeux Olympiques de 2024, Exposition universelle de 2025, autant de projets emblématiques attendus, destinés à renforcer l’attractivité et la compétitivité internationales de l’Île-de-France, qui vont bouleverser en profondeur la physionomie de notre région et modifier durablement le cadre de vie des Franciliens.
Ces grands chantiers, dont le premier aspect, en l’occurrence le démarrage des travaux du Grand Paris Express, commence tout juste à faire ressentir ses effets, imposent d’une manière toujours plus prégnante, aux décideurs publics et privés l’obligation d’intégrer le plus en amont possible la question de la soutenabilité de leur projet et plus particulièrement celle de l’approvisionnement en granulats indispensables à la fabrication des bétons pour la construction et à la réalisation des infrastructures routières.
Cette troisième édition du Panorama des granulats en Île-de-France se propose donc d’éclairer le choix des décideurs grâce à des données fiables et actualisées, non seulement sur les gisements, les réserves disponibles, la production, la consommation, mais également sur le recyclage, l’environnement, les transports, l’occupation des sols, les modes de réaménagements, etc. Autant d’informations qui font de cet ouvrage une monographie quasi exhaustive de l’activité de production de granulats et de leur utilisation en Île-de-France.
Il permet notamment de se rendre compte, preuves à l’appui, des effets produits par la politique de gestion rationnelle et économe initiée en 2002 par l’État, la Région Île-de-France, les conseils départementaux d’Île-de-France, l’Union national des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) Île-de-France et le Syndicat professionnel régional de l’industrie routière (Sprir) sur la diminution des granulats alluvionnaires, l’augmentation des granulats issus du recyclage qui approchent aujourd’hui les 6 millions de tonnes et l’émergence des granulats de recomposition.
Le panorama des granulats en Île-de-France a été réalisé grâce à un travail conjoint de la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (DRIEE), de l’IAU île-de-France et de l’Unicem Île-de-France.

Ressources

Depuis 1999, les besoins courants en granulats varient, selon la conjoncture du BTP, entre un minimum à 28 millions de tonnes (1999) et un maximum à 33 millions (2008).
L’Île-de-France doit recourir de plus en plus aux apports extérieurs pour satisfaire sa demande. Depuis 2003, la situation s’est dégradée, avec des taux d’importation de l’ordre de 44 % à 45 %.
La loi de transition énergétique fixe comme objectif que 70 % des déchets de chantiers soient valorisés à l’horizon 2020.