Le front urbain : un projet pour maîtriser la consommation d'espace

Note rapide Territoires, n° 756

21 septembre 2017ContactPierre-Marie Tricaud, Maye-Laure Yehia

L’interface ville-nature s’impose depuis plusieurs décennies comme un enjeu du développement urbain et de la protection des paysages et milieux naturels. les fronts urbains jouent un rôle important dans la maîtrise de l’étalement urbain. bien aménagés, ils ne représentent pas seulement des lignes d’arrêt de l’urbanisation, mais aussi des espaces de projet où dialoguent la ville et la campagne.

Ressources

L’Arc boisé du Val-de-Marne est un ensemble forestier reliant la forêt de Notre-Dame à celle de la Grange. Le conseil départemental du Val-de-Marne, en partenariat avec l’Office national des forêts (ONF), principal gestionnaire du massif, a choisi en 2004 de lui consacrer une charte forestière incluant une démarche de concertation. Celle-ci s’est notamment traduite par l’édition d’un guide illustré expliquant la structure et les enjeux des lisières boisées au contact des espaces urbains.
À Saulx-les-Chartreux (91), et dans les communes voisines (Marcoussis, Champlan, Nozay, Villebon-sur-Yvette), la dispersion des constructions crée de nombreux points de contact avec les espaces agricoles. Pour pérenniser ces espaces, les acteurs locaux ont mis en oeuvre un projet partagé sur l’espace ouvert, le « Triangle vert des villes maraîchères du Hurepoix », qui prévoit, à côté de mesures de protection ou de soutien de la production, le traitement des fronts urbains.
À Chelles (77), un chemin aménagé (flèches blanches) en bordure d’une ZAC tient lieu de transition entre l’urbanisation et la plaine agricole sillonnée par le ru de Chantereine. Une coulée verte, d’une dizaine de mètres de large, traverse la commune et vient rejoindre ce chemin.