Les tensions sur l'immobilier freinent les déménagements en Île-de-France

Note rapide Société-Habitat, n° 767

08 février 2018ContactPhilippe Louchart, Sandrine Beaufils

En Île-de-France, la jeunesse de la population et l'importance du parc locatif, composé en grande partie de petits logements, devraient favoriser les mobilités résidentielles. Pourtant, changer de logement y est plus difficile qu'en province pour les locataires. En cause, la relative faiblesse du niveau de la construction durant la période 2006-2013 et le coût du logement qui freinent les mobilités résidentielles des ménages franciliens. [...]

L'annexe n° 1: La mobilité dans le parc locatif, libre ou social, près de deux fois plus faible à Paris qu'en province.

L'annexe n° 2 : Une mobilité résidentielle plus élevée en province qu'en Île-de-France en 2012 dans le parc locatif privé (non HLM et meublés) ou social (HLM).

L'annexe n° 3 : Sept ménages mobiles franciliens sur dix déménagent à proximité de leur lieu de résidence antérieur.

Ressources

Les déménagements en Île-de-France : une affaire de proximité
Source : Insee, RP 2013 © IAU îdF
Une mobilité résidentielle observée élevée dans les intercommunalités à forte construction (Val d’Europe, Marne et Gondoire) et dans les secteurs où le parc locatif privé et de petite taille est important (Paris).
Source : Insee, RP 2013 © IAU îdF
Une mobilité résidentielle plus faible qu'attendue dans les secteurs où le parc locatif privé et de petite taille est important, notamment au sein de la Métropole du Grand Paris.
Source : Insee, RP 2013 © IAU îdF