Veille sur les transports à Madrid

05 septembre 2011ContactFrédérique Prédali

La crise économique qui touche l’Espagne conduit à une réduction des moyens budgétaires de la Communauté autonome de Madrid (CAM). Peu de kilomètres de métro ont été programmés : une douzaine seulement contre une cinquantaine pour les plans précédents. D’une part, le réseau métropolitain a de plus en plus besoin d’opérations de maintenance, ou visant à gagner en capacité, ainsi que de modernisation des stations et du parc de matériel roulant... D'autre part, les efforts de la Région se sont portés sur le chemin de fer, ce qui est une nouveauté par rapport aux plans d'investissement précédents.

Un plan d’extension et de modernisation du réseau ferré de banlieue soutenu par l’État

Comme l’État espagnol souhaitait investir dans des infrastructures pour contrer les effets de la crise, la CAM a pu négocier un plan d’extension et de modernisation du réseau de chemins de fer de banlieue avec l’État, en acceptant d’en financer une partie. Ce choix d’investissement régional a été maintenu malgré la raréfaction de ses ressources, retardant ainsi le lancement des projets de site propre bus et tramway. Les chemins de fer de banlieue Cercaniasfont l’objet d’un plan de l’État (2009-2015) qui prévoit, outre des extensions des lignes existantes, un nouvel axe est-ouest qui traversera Madrid, soit un investissement de 5 milliards d’euros. La réalisation de ce plan a été confiée au gestionnaire national des infrastructures ferroviaires (Adif).

Les réalisations effectives du Plan de la CAM portent sur les modes lourds

Depuis l’étude sur les investissements d’extension du réseau de transport régional madrilène, les réalisations effectives du Plan de la CAM en voie d’achèvement portent sur les modes lourds (pas de nouveau pôle d'échange, ni de ligne de tram ou bus à haut niveau de service...). Même pour les projets routiers, un seul projet est en service, un autre en travaux, et le plus ambitieux encore à l’étude.

Le CRTM fait preuve d’un grand dynamisme

Même si le rythme d’extension des infrastructures régionales est moins soutenu, l’autorité régionale des transports, le CRTM, fait preuve d’un grand dynamisme sur les modes bus et métro : beaucoup d’innovations technologiques et techniques sont en œuvre.

Pas encore de vélo en libre service

La Ville de Madrid a dû reporter son projet de vélo en libre-service en raison des restrictions budgétaires. Le conseil municipal a fait le choix de privilégier le mode piéton et la qualité de l’espace urbain en votant la réalisation de piétonisation de plusieurs rues commerçantes majeures du centre-ville et en restreignant la circulation dans certains quartiers résidentiels. L'autopartage fait également son entrée dans l'offre de transport madrilène grâce aux investissements privés.

Cette étude est reliée aux catégories suivantes : International, Mobilité et transports, Veille et comparaisons internationales

Études apparentées