Victimation et sentiment d’insécurité en Île-de-France

Tome 2 : disparités selon les territoires (enquête 2015)

31 mai 2017ContactAboubacar Sylla, Hélène Heurtel

La huitième enquête « victimation & sentiment d’insécurité en Île-de-France » a eu lieu début 2015 auprès d’environ 10 500 Franciliens âgés de 15 ans et plus, représentatifs de la population régionale par département. Reconduite tous les deux ans depuis 2001, elle apporte aux acteurs concernés des éclairages précieux sur les conditions de vie, notamment en matière de sécurité, propres à certains territoires, types d’espaces ou populations (hommes, femmes, jeunes…).
Les résultats montrent que l’insécurité n’est pas homogène sur le territoire francilien. Des différences ressortent selon le département. Les Parisiens sont par exemple les plus victimes de vols sans violence (20,6 %) et d’agressions tout venant (11,6 %) sans pour autant qu’ils soient spécialement plus enclins à se sentir en insécurité. Autre façon d’aborder ces différences : la situation n’est pas la même pour les habitants de l’agglomération parisienne et ceux du reste de la région. Les atteintes personnelles sont plus fréquentes en son sein, tandis que le périurbain est plutôt propice à une peur moindre d’être seul dans son quartier le soir. Le type d’habitat revêt aussi de l’importance. Les habitants du parc social sont moins victimes personnellement de vols ou d’agressions mais sont plus exposés aux vols à la roulotte et aux vols de deux-roues. Et ils sont plus sujets à se sentir en insécurité et plus particulièrement à avoir peur d’être seuls dans leur quartier le soir (30,7 %).
Ce sont autant d’éléments qui permettent de mieux cerner les problématiques de certains territoires ou types d’espaces et ainsi d’adapter les dispositifs locaux pour répondre aux attentes des habitants concernant leur sécurité.

Cette étude est reliée aux catégories suivantes : Société et habitat, Prévention Sécurité

Études apparentées