HOME : un habitat ouvert et sur-mesure

Habiter autrement n° 12   Sommaire

04 avril 2019ContactOcéane Cirera, Lucile Mettetal

Entretien avec Pascal Gontier

Pascal Gontier est architecte et professeur à l’École d’architecture de Nantes. Préoccupé par les questions de transition écologique et convaincu qu’elles constituent un moteur d’innovation pour la construction de demain, il a décidé de créer son atelier d’architecture et d’urbanisme. Internationalement reconnue pour son approche écoresponsable innovante, l’atelier s’emploie à élaborer des réponses architecturales et techniques répondant aux enjeux de l’ingénierie environnementale.
Il a imaginé un modèle de bâtiment, intitulé HOME, capable d’offrir à ses habitants des logements sur-mesure et dotés de façades personnalisées.

Qu’est-ce que l’habitat ouvert et sur-mesure ?

C’est un modèle qui s’inscrit dans une nouvelle dynamique autour de la question du logement collectif. La notion d’ouverture renvoie à la nature flexible et plastique du logement, pensée pour favoriser l’appropriation de l’espace par les habitants. Elle est conditionnée par deux principes : la fluidité spatiale et la neutralité architecturale du bâti. 
La notion de sur-mesure, elle, renvoie à la singularité et aux potentialités de personnalisation, d’individualisation de chaque logement par les habitants, aussi bien pour les espaces intérieurs que pour les espaces extérieurs tels que les façades, les balcons ou encore les jardins d’hiver.
HOME constitue une alternative au logement collectif classique. C’est un modèle qui prend en considération trois éléments majeurs que sont l’implication des habitants à la conception de leur habitat, les préoccupations environnementales et le vivre-ensemble qui repose sur la possibilité, et non l’injonction, de créer un lien social positif entre habitants, un équilibre entre la sphère individuelle et la sphère collective. Il propose ainsi à ses habitants des logements entièrement sur-mesure et dotés de façades fortement personnalisées. Il leur propose également de s’impliquer dans la transition écologique de manière concrète et enfin de vivre une expérience humaine, valorisant le lien social.
La souplesse de la construction bois est la clé du modèle HOME. En effet, elle présente trois avantages majeurs : son ossature en charpente naturelle offre davantage d’espaces ouverts, elle s’avère relativement moins coûteuse et s’inscrit pleinement dans une démarche de transition écologique et sociétale.

Comment est né HOME ?

HOME s’inscrit dans une réflexion s’évertuant à penser le logement collectif autrement et à répondre aux enjeux actuels. Le projet part du constat et du paradoxe suivants : il existe une aspiration humaine, ancienne et légitime, à vouloir participer à la conception et à la construction de son habitat en fonction de ses besoins et de ses goûts. Depuis le 19e siècle et la révolution industrielle, c’est l’immeuble, autrement dit le logement collectif qui s’est imposé comme forme dominante de l’habitat urbain. Son uniformisation ainsi que sa standardisation ont été rendues possibles grâce aux nouvelles techniques de construction à grande échelle et répondaient à de nouvelles exigences de confort et de salubrité. Or, le logement collectif tel qu’on le connaît est incapable de proposer un cadre de vie sur-mesure; seule la maison individuelle est à même de répondre à cette aspiration. En effet, le processus de production du logement collectif, qu’il soit destiné à la location ou à la vente, offre peu d’interactions entre constructeurs et futurs habitants, ce qui restreint les possibilités de personnalisation de l’habitat.
Intéressé par les questions de gouvernance, impliquant davantage les habitants à la conception de leur logement et par les enjeux liés au développement durable, à partir des années 2000 j’ai commencé à étudier le phénomène de l’habitat coopératif et la maison basse consommation, qui se développaient alors en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Ces expériences se sont révélées inspirantes concernant les ambitions environnementales, l’individualisation des logements et la création d’espaces communs.
La période actuelle et  notamment le numérique offrent des conditions particulièrement favorables pour réaliser des projets laissant place à l’aspiration à l’individualisation dans le logement collectif. En effet, il permet à la fois de diminuer les coûts de construction et de concevoir davantage sur-mesure.
C’est la récente dynamique autour des bâtiments en bois de grande hauteur qui m’a permis d’imaginer le modèle HOME. J’ai réalisé que la construction en bois pouvait constituer un véritable moteur pour penser le logement autrement. 

Qu’est-ce que la méthode BOB ?

La méthode Bespoke Open Building (BOB) est la méthode que nous avons développée pour réaliser le modèle HOME. Elle consiste à décomposer le bâtiment en deux entités distinctes clairement identifiables : l’architecture primaire, d’une part, développée par l’architecte du bâtiment et l’architecture secondaire, d’autre part, développée par l’architecte du logement ou les habitants eux-mêmes. 

L’architecture primaire, un cadre ouvert

L’architecture primaire représente l’entité collective du bâtiment. Elle est conçue de manière rationnelle afin de permettre la création d’espaces aussi fluides que possible et d’accueillir ainsi une grande variété de logements. Elle détermine l’insertion du bâtiment dans son contexte et définit l’organisation générale, les grands équilibres internes et les échanges d’énergie de matière et de flux au sein de l’écosystème urbain. 

Elle  se compose de quatre entités distinctes : la structure primaire, les organes de distribution, les espaces structurants et les gaines. La structure primaire du bâtiment se caractérise par sa rationalité et son ouverture qui permettront aux habitants de modeler leur espace de vie comme ils l’entendent. Les halls d’entrée, les cages d’escalier, les ascenseurs ainsi que les paliers d’étage constituent ce que l’on appelle les organes de distribution. Les espaces structurants comprennent les parties communes du bâtiment et les noyaux de distribution. Les espaces structurants ainsi que les organes de distribution participent au bon fonctionnement et à l’équilibre général de l’immeuble. On y trouve des locaux destinés aux différentes formes de mobilité, des locaux techniques liés à la gestion des ressources et des déchets et enfin des espaces intérieurs et extérieurs communs qui permettent la mutualisation des biens et des services tels qu’une buanderie, une salle des fêtes, un atelier de bricolage, une salle de sport, une salle de coworking, un potager, une serre ou encore un rooftop. Enfin, les gaines représentent les espaces des réseaux d’eau, d’électricité, de ventilation, de chauffage, d’internet où l’enjeu est de garantir une irrigation équitable sur l’ensemble du bâtiment. 

Cette architecture primaire, délimitée par les poteaux, les poutres, les contreventements, les gaines et les parties communes, définit la partition du bâtiment en différents lots correspondant aux logements.

L’architecture secondaire, le temps de l’appropriation

L’architecture secondaire se compose de l’ensemble des parties privatives, façades et prolongements extérieurs compris. Les logements sur-mesure sont créés à partir d’un double processus : la formation des entités domestiques, dotées d’une fonction définie, à partir de l’addition de différents lots, d’une part et leur agencement, d’autre part. La liberté de configurer son logement s’étend aux façades. En effet, les acquéreurs peuvent choisir la taille et la forme des fenêtres et des balcons, les types d’occultation et de protection solaire, leur aménagement, le type d’éclairage et peuvent même opter pour une façade végétalisée, une véranda ou encore des cellules photovoltaïques. Ces façades libres deviennent alors des représentations collectives des habitants et de leurs modes d’habiter. 
Pour concevoir ces façades, nous nous appuyons sur la boîte à outils qui constitue le dispositif de régulation de la peau extérieure du bâtiment. Tout en s’appuyant sur des règles de composition et une bibliothèque d’éléments, il définit un équilibre entre les possibilités architecturales et techniques, la liberté de personnaliser son logement et l’expression collective. 

Home, habitat ouvert et sur mesure
Avril 2018
Auteur : Pascal Gontier

Cette page est reliée aux catégories suivantes :
Société et habitat | Habitat et logement | Chronique & dossier